facebook twitter youtube rss

Accueil | La Région en actions | Enseignement supérieur - recherche | L'EGID
 Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google plus
Version imprimable

bâtiment de l'EGID

L'institut européen de génomique du diabète (L'EGID)

La Région livre le bâtiment

 

En ce début d'année 2016, la Région, qui en a assuré la maitrise d’ouvrage, a bouclé la construction du bâtiment EGID.

 Les utilisateurs d'EGID pourront sous peu prendre progressivement possession des locaux qui leur ont été alloués dans ce projet immobilier d'envergure. Ils y trouveront sans aucun doute les meilleures conditions pour développer leurs activités, accueillir de nouvelles équipes de recherche et incuber des sociétés issues de leurs travaux de recherche ou partageant les objectifs d'EGID.

Cette opération immobilière a été financée par l’Union européenne avec le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Conseil régional Nord-Pas de Calais, la Métropole européenne de Lille et par l'INSERM.

 

Le coût de l’opération est de 21,7 Millions d’Euros, financés par :

 

L’Union Européenne avec le FEDER : 10,5 M€

La Région Nord-Pas de Calais : 8,5 M€

La Métropole Européenne de Lille  : 2,0 M€

L’INSERM : 0,7 M€

 

l-europe-s-engage-en-npdc-avec-le-feder    logo europeLogo-Region2

 

 MEL    INSERM

Le diabète

Une des 5 premières causes de mortalité dans le monde

 

Plus de 200 millions de personnes sont diabétiques dans le monde, un nombre qui ne cesse
d'augmenter parallèlement aux problèmes liés à l'obésité.

 

Les résultats des études actuelles pronostiquent le doublement du chiffre en 2030.

 

En Europe, le diabète est la cause principale de crises cardiaques et d'attaques cérébrales. C'est aussi la cause d'autres symtômes périphériques secondaires liés à la maladie comme les problèmes vasculaires (pied diabétique notamment) qui multiplient par 20 le risque d’amputation.

 

La France compte plus de 2,5 millions de diabétiques soit 4% de sa population. Le diabète représente une véritable menace pour la santé humaine.

 

En proportion, la population du Nord-Pas de Calais, touchée par cette maladie, est plus importante que la moyenne nationale.


Dès 2007, le Pôle Régional de Recherche " Diabète : du syndrome métabolique aux complications vasculaires " a vu le jour en région.

 

Quelques extraits de ses premières constatations :

 

L'athérosclérose (durcissement des artères causé notamment par un excès de cholestérol dans le sang) est une des causes majeures de morbidité et de mortalité chez les patients diabétiques.

 

Les facteurs de risques : la dyslipoprotéinémie, l'intolérance au glucose, l'insulino-résistance, l'hypertension artérielle et l'excès de poids. Une carence insulinosécrétoire progressive s'installe, conduisant à l'intolérance au glucose puis au diabète de type 2 et enfin à un diabète irréversible...

 

Le style de vie occidental conduit à une augmentation de l'obésité et des maladies métaboliques comme le diabète de type 2 (DT2), les dyslipidémies et les complications cardio-vasculaires.

 

La situation est préoccupante dans la région : l'association de facteurs génétiques et environnementaux entraîne un risque d'obésité, de diabète de type 2 et de complications métaboliques et cardiovasculaires supérieurs à la moyenne nationale.

 

Les traitements actuels n'évitent pas les complications dégénératives et ne tiennent pas compte des différences étiologiques.

 

Les pistes d'actions :

 

L'hétérogénéité de la maladie rend indispensable une thérapie individualisée.


C'est ce qui constitue la base d'un projet incluant des partenaires académiques et industriels.

 

Améliorer les connaissances concernant les différents mécanismes à l'origine des diabètes,  les causes et les facteurs d'apparitions peuvent être très différents. 
Améliorer les approches de médecine personnalisée.
Prévenir et traiter, de manière adaptée, les désordres métaboliques (diabète, obésité) qui ont un impact majeur sur l'espérance de vie.

Identifier des marqueurs précoces du syndrome métabolique dans la perspective d'améliorer la prédiction, la prévention et le traitement précoce des états pré-diabétiques.


L'EGID en région Nord-Pas de Calais s’inscrit dans la logique d’une lutte au plus près des patients et de la maladie.

En savoir plus

Il a pour objectif de développer et ancrer dans la région Nord-Pas de Calais une recherche de renommée internationale et pluridisciplinaire. Il associe des compétences scientifiques et médicales allant de la recherche fondamentale à la recherche thérapeutique appliquée au malade. Ses missions : identifier les facteurs de risque des diabètes, comprendre les mécanismes d’apparition des complications, prévenir la survenue de cette maladie invalidante, mettre en place des thérapies individualisées…

 

Premier institut de recherche dédié spécifiquement aux diabètes en France, L'EGID est né de la volonté du Conseil régional, l'aide du CPER (Contrat de projet État-Région) et l'implication de trois des meilleures équipes de recherche mondiales :

  • l'unité mixte de recherche CNRS UMR 8199 : génomique et maladies métaboliques
    Dirigée par le Pr Philippe Froguel (Université Lille 2 Droit et Santé - CNRS - Institut Pasteur de Lille). En charge d'identifier les facteurs de risques (génétiques et liés à l'environnement).
  • l'unité Inserm UMR 859 : biothérapie du diabète
    Dirigée par le Pr François Pattou (Université Lille 2 Droit et Santé - C.H.R.U Lille-Inserm). En charge des essais cliniques.
  • l'unité Inserm UMR 1011 : récepteurs nucléaires, maladies cardiovasculaires et athérosclérose
    Dirigée par le Pr Bart Staels (Université Lille 2 Droit et Santé - Institut Pasteur de Lille - Inserm). En charge de la conception des molécules pour le traitement.

Soit quelques 130 spécialistes, aux savoir-faire complémentaires, ayant rapidement décidé de renforcer leurs collaborations et d'attirer de nouveaux talents.

Avec un défi en tête : à l'échelle 10 ans, faire de Lille la capitale européenne de la médecine personnalisée du diabète.


Une synergie et une complémentarité des équipes

Avant même la naissance du projet, les équipes étaient déjà impliquées dans de nombreux projets nationaux (publics et privés) ou européens. Et collaboraient avec de nombreuses équipes internationales.

Chacune des équipes ayant une expérience et des techniques complémentaires aux autres. Elles évitent des compétitions inutiles et coûteuses.

La mutualisation de leurs compétences est un atout capital pour la réussite du projet !

 

Les équipes participant à ce projet sont également impliquées dans le Pôle de compétitivité "Nutrition-Santé-Longévité".

 

Présentation des  3 nouveaux chercheurs de l'EGID  © Jean-Luc CORNU CR NPDC

 

L'EGID a été lancé le 25 mai 2009, grâce aux soutiens de nombreux partenaires :

  • PRES université Lille Nord de France,
  • université Lille 2 droit et santé,
  • faculté de médecine Henri Warembourg,
  • CNRS,
  • CHRU (Centre hospitalier régional universitaire de Lille),
  • INSERM,
  • Institut Pasteur de Lille,
  • l'Europe,
  • Lille Métropole,
  • Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Et, bien sûr, avec l'appui du Conseil régional Nord-Pas de Calais !

  

A savoir : L'EGID est aussi une structure d’accueil pour les étudiants préparant des Masters en biologie santé. Au sein de ces Masters, l’axe "obésité, diabète, maladies cardiovasculaires" a pour objectif de former de futurs chercheurs dans ces domaines.


Depuis la naissance de L'EGID : les grandes étapes décisives

Octobre 2010

Premier symposium international, au siège du Conseil régional. Thèmes abordés :

  • la révolution génétique et ses implications cliniques,
  • de la génomique à la physiologie,
  • nouvel argument en faveur de l’hypothèse épigénétique,
  • le tissu adipeux et le syndrome métabolique,
  • avancées dans la recherche sur les cellules beta : des cellules souches aux nouveaux médicaments.

Mars 2011
L'EGID obtient le label national « laboratoire d’excellence » (LABEX).

 

Septembre 2011
L'EGID accueillle sa première jeune équipe dirigée par le Professeur Amar ABderrahmani, de Lausanne.

 

Septembre 2012
L'EGID accueillle deux autres jeunes équipes. Celle dirigée par le Docteur Jean Sébastien Annicotte, de Montpellier. Et celle du Docteur Ghislain Rocheleau, de Montréal.

 

Octobre 2012
L'EGID organise son second symposium, au siège du Conseil régional, sous le parrainage de la Société Francophone du Diabète (SFD) et la Nouvelle Société Française d’Athérosclérose (NSFA).

250 participants échangent avec 10 spécialistes de renommée internationale sur les grands avancées de la diabétologie. 

A l’occasion de ce symposium, fort de son engagement en recherche publique et dans une perspective de valorisation industrielle, L'EGID a reçu le soutien de partenaires privés (Illumina, Genfit, Genoscreen,...).

  

En Nord-Pas de Calais, la recherche sur les diabètes et les maladies associées est facteur d'attractivité !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus