facebook twitter youtube rss

Accueil | La Région en actions | Environnement | Lutte contre le changement climatique | Le changement climatique
 Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google plus
Version imprimable

Le changement climatique

L’effet de serre : un phénomène naturel vital

La terre renvoie de l’énergie solaire vers l’espace : celle-ci est retenue en grande partie par les gaz présents dans l’atmosphère (vapeur d’eau, dioxyde de carbone CO2, méthane CH4), présents en petite quantité. Ces gaz, appelés alors gaz à effet de serre (GES) maintiennent l’atmosphère à une température moyenne d'environ 15°C. Sans eux, le thermomètre descendrait à -18°C, interdisant alors le développement de la vie.

 

Un déséquilibre amené par l’Homme 

Le développement des activités humaines (la production et la consommation d’énergie) accroît cet effet de serre. Conséquences : une augmentation de la température à la surface du globe et des changements climatiques importants sur la planète. La combustion des combustibles (pétrole, charbon…) émet du gaz carbonique (appelé le CO2 énergétique). En 2009, plus de 80 % de l’énergie que nous consommions au niveau mondial était produite par le charbon, le pétrole et le gaz naturel. La concentration de CO2 dans l’atmosphère s’est donc accrue en conséquence.
Conçu par les scientifiques, le pouvoir de réchauffement global (PRG) permet de comparer les GES. Il permet d’estimer la capacité de chaque GES à renvoyer de l’énergie durant une période donnée. Cette valeur se base sur une comparaison par rapport au PRG du gaz carbonique. Par exemple : le méthane a un PRG 25 fois supérieur à celui du CO2.

Au rythme actuel, les rejets de GES devraient croître de 43 % d’ici à 2030, selon les dernières estimations de l’AIE (Agence internationale de l'énergie). Face aux risques accrus, les pouvoirs publics se mobilisent pour lutter contre le changement climatique. Retour en quelques dates sur les actions mises en place :

  • 1997 : Adoption du Protocole de Kyoto pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les Conférences des parties se réunissent depuis pour définir un cadre mondial.
  • 2004 : adoption par la France du Programme National de Lutte contre le Changement de Climat (PNLCC).
  • 2007 : Au Grenelle de l’Environnement, le défi climatique se présente comme enjeu fort.
  • 2008 : adoption du "Paquet Énergie Climat" par l'Union Européenne.
  • 2009 et 2010 : promulgation des lois Grenelle 1 et Grenelle 2 (SRCAE,PCET, bilans GES).
  • 2011 : Plan National d'Adaptation au Changement Climatique.

Les conséquences des changements climatiques

Au niveau planétaire, on constate de nombreuses conséquences du réchauffement global. La plus évidente est la disparition progressive des glaces telluriques (glaciers et banquise terrestre).Ce réchauffement s’accompagne d’une augmentation des précipitations hivernales et automnales (entre 5 et 35 %) et d’une baisse des précipitations estivales : la sécheresse pourrait progresser dans les zones semi-arides, exposant des centaines de millions de personnes à la sécheresse.
Les climatologues du GIEC évaluent, avec des probabilités plus ou moins grandes, les conséquences pour la fin du siècle de nos actions actuelles. Elles sont baptisés A1FI, A1B ou B2.

  • Le scénario A1Fl part du principe qu’aucun pays ne réduit sa consommation d’énergie, ni ses émissions de gaz à effet de serre (GES). Conséquence : les émissions mondiales de GES triplent, en moins d’un siècle, et la température globale moyenne bondit de 6°C.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus