facebook twitter youtube rss

 Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google plus
Version imprimable

Des cantines bien dans leur assiette

Le 02.09.2013

Retrouvez le 6 septembre l'intégralité du dossier "La Région réinvente la cantine" dans le magazine "Mon Nord-Pas de Calais" n°18

 

La pause du midi doit être un moment de repos pour les lycéens. C’est pourquoi le Conseil régional rénove les restaurants scolaires pour qu’il y ait plus de confort et de convivialité. 

Au lycée Châtelet de Douai, un nouveau mobilier antibruit a été installé cette année. À Anatole France, à Lillers, une fois la laverie remise aux normes, la salle de restauration sera agrandie. De nombreux projets issus du budget participatif concernent d’ailleurs la restauration. Par exemple la création d’un espace de convivialité au lycée Joliot-Curie de Oignies ou la mise en place de rampes de guidage à l’entrée de la cantine du lycée Paul Hazard à Armentières, pour faciliter l’accès et éviter l’attente.

 

Cantine LycÚe Marquise - TAS 1081 - ® Mathieu Drouet - Takeasip lycéens-tablée



Avec le sourire

La relation entre les agents et les lycéens est aussi très importante.

Des commissions restauration ont lieu dans les établissements une fois par trimestre pour permettre à l’équipe de cuisine d’échanger avec les parents et les lycéens.

« Cela permet d’avoir le ressenti des élèves sur certains plats et d’améliorer le service restauration », explique Sylvain Dausse, chef cuisinier du lycée Châtelet à Douai.

Lors d’une commission restauration, une élève a proposé de mettre le pain à la fin plutôt qu’en tout début de chaîne pour éviter le gaspillage. Et ça marche, les jeunes en prennent moins.

 

Dans certaines cantines, il y a même un côté très familial. « On connaît le prénom de chacun », explique Jérôme Paris, chef de cuisine de l’établissement adapté dans l’accueil de jeunes handicapés de Berck-sur-Mer. Les rencontres quotidiennes entre agents et élèves permettent de tisser des liens. « Le chef vient nous voir une fois par semaine pour savoir ce qu’on veut manger », confie Thomas, 17 ans de l’établissement agricole de Lomme. « Ils nous demandent si c’était bon », ajoute Pauline au lycée Anatole France de Lillers. « Ils sont supers sympas ! », conclut Dorine au lycée des 2 caps de Marquise.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus