facebook twitter youtube rss

Accueil | La Région en actions | Jeunesse - apprentissage - lycées | Les centres de formation (CFA)
 Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google plus
Version imprimable

CFA

Les Centres de formation d’apprentis (CFA)

Le CFA est un acteur majeur de la formation en apprentissage. Il apporte la formation théorique mais aussi pratique au jeune qui entre en apprentissage. Des périodes de cours au sein de l’établissement essentielles à l’acquisition des savoirs : cette formation lui servira de base pour une application au sein de l’entreprise. Ce qui fait du CFA un élément clé dans l’évolution et la réussite de l’apprenti : il lui garantit un suivi personnalisé grâce à un travail en étroite collaboration avec l’entreprise.

La coordination CFA-Entreprise

 

Le projet pédagogique visé par la formation est le même pour le CFA et l’entreprise. On y retrouve :

  • une formation liée aux activités proposées par l’entreprise.
    La formation et le choix des méthodes pédagogiques au sein des CFA entrent en cohérence avec les missions proposées à l’apprenti(e). Et ce avec la prise en compte des difficultés liées à l’alternance pour le jeune ;
  • des outils qui permettent de communiquer de partager la formation du jeune en CFA et en entreprise.
    Ils assurent son suivi et exploitent son parcours en entreprise.

CFA2

Quel rôle pour le CFA ?

  • Il assure la formation théorique et pratique du jeune.
    Il désigne un formateur qui assure un suivi personnalisé de l’apprenti au CFA mais aussi en entreprise pour le travail fourni et l’assiduité. Il est ainsi en liaison fréquente avec le maître d’apprentissage.
  • Il met en place des documents pour le suivi pédagogique de l’apprenti(e) entre lui et l’entreprise. Notamment la « fiches navette », le livret d’apprentissage et dans certains cas la fiche d’évaluation de contrôle en cours de formation (CFF) pour l’apprenti(e) et le maître d’apprentissage.

Le suivi

La loi prévoit des temps d’échange pour assurer une cohérence entre formation pratique et théorique.

Il s’agit du conseil de perfectionnement et de l’entretien d’évaluation :

 

  • le conseil de perfectionnement s’organise au sein du CFA. Formateurs, maîtres d’apprentissage, délégués des apprenti(e)s et autres acteurs de l’apprentissage sont réunis 3 fois par an. Ces rencontres permettent d’échanger sur l’organisation et le fonctionnement des CFA (ex : ouvertures de section, qualité, résultats d’examen…)
  • l’entretien d’évaluation est organisé par le CFA. Il a lieu au sein de l’entreprise dans les 2 mois qui suivent la date de démarrage du contrat. Il permet d’effectuer une 1ère évaluation du déroulement de la formation, et de l’adapter éventuellement.

    L’employeur, le maître d’apprentissage, le formateur du CFA, les parents de l’apprenti(e) ou un représentant légal si nécessaire.

Des visites en entreprise des formateurs du CFA viennent compléter ces outils de suivi. On retrouve notamment le formateur chargé du suivi de l’apprenti(e) : il peut ajuster ou corriger la formation du CFA et du maître d’apprentissage.

 

CFA et entreprise

 

Les tâches confiées au jeune en apprentissage doivent être progressives. L’apprenti(e) peut ainsi prendre peu à peu son autonomie. Sa formation en entreprise est en relation directe avec le diplôme et les cours suivis.

Dans certains cas, l’entreprise n’a pas une palette d’activités suffisantes pour couvrir la totalité du programme. Le jeune peut alors suivre une partie de la formation dans une autre entreprise ; il pourra disposer d’un équipement que son entreprise initial ne possède pas.

Le CFA et l’administration peuvent s’y opposer.

 

Le déroulement de la formation en CFA

 

les frais de formation

La formation est gratuite pour les apprenti(e)s : c’est la taxe d’apprentissage qui la finance avec l’aide de financements complémentaires par la Région Nord-Pas de Calais.

 

la durée de la formation

Elle est d’au moins 400 heures par an (environ une semaine complète par mois en moyenne). Elle varie en fonction du diplôme et du métier préparé.

Ce nombre d’heures ne s’appliquent pas en cas de prolongation de contrat.

 

l’emploi du temps

L’emploi du temps mensuel est variable selon les diplômes préparés et la durée des études. Il s’adapte à la formation en entreprise. L’employeur est mis au courant de l’organisation de cet emploi du temps à la signature du contrat.
La discipline suivie dans un CFA est la même que dans un établissement scolaire traditionnel.

 

l’assiduité

L’apprenti est dans l’obligation de suivre les cours du CFA. L’employeur vérifie sa présence aux cours et il est tenu de lui faire suivre la formation : le CFA informe l’entreprise des absences de l’apprenti(e) durant les périodes de cours.
L’employeur peut retenir les heures d’absence sur le salaire de l’apprenti(e) en cas d’absences injustifiées.

 

l’examen

C’est l’employeur qui inscrit l’apprenti(e) à l’examen. Il devra libérer l’apprenti(e) pendant la durée des épreuves, considérées comme temps de travail.

Pour l’inscription, il est obligatoire de présenter :

  • l’attestation de recensement délivrée par la mairie du lieu de résidence de l’apprenti(e)
  • le certificat de participation à la journée d’appel de préparation à la défense (JAPD)

Les acteurs de l'apprentissage

Le Conseil régional

 

La formation professionnelle et l’apprentissage représente le plus important transfert de compétences pour le Conseil régional.

 

Ses missions :
  • élaborer ainsi chaque année un programme régional de l’apprentissage et de la formation professionnelle ;
  • participer au fonctionnement et aux investissements des CFA ;
  • aider les apprenti(e)s en ce qui concerne l’hébergement, le transport, l’équipement et la restauration ;
  • le versement des aides aux employeurs.

Les ministères

 

Selon le domaine professionnel, différentes directions assurent le contrôle des formations :

  • le Service académique de l’inspection de l’apprentissage (SAIA) ;
  • l’Inspection de l’apprentissage agricole de la Direction de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt (DRAAF)
  • la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) ;
  • la Direction régionale des affaires sanitaires et aociales (DRASS).

 

C’est l’inspection du travail qui assure le contrôle de l’application de la législation.

 

Les chambres consulaires assurent la formalisation et l’enregistrement du contrat d’apprentissage : chambres de commerce et d’industrie, chambre des métiers et de l’artisanat, chambre d’agriculture pour le secteur privé ; les associations et les professions libérales.

Dans le secteur public, ce sont les Unités territoriales de la DIRECCTE (par exemple, la Direction du travail).

Téléchargements

Reconventionnement

 

Bilan : 

Annexes : 

 

Guides de préconisations pédagogiques : 

 

Autre : 

Guide des procédures 2010

Aspects financiers

 

Fascicule relatif à l'application des dispositions portant création de CFA : 

 

Comptes financiers :

Documentations Extranet ICAR :

 

Dossier de demande de taxe d'apprentissage :

 

Premier entretien :

Appels à projet 

 

Dialogue de gestion et dispositifs complémentaires :

 

Préparation de la rentrée apprentissage  :

commerce : distribution, vente à distance, commerce inter-entreprises
sanitaire, social et médico-social
pêche, transformation des produits de la mer et aquaculture 
agro-alimentaire
agriculture, paysage, maintenance des matériels
hôtellerie et restauration
services de la propreté
industries mécaniques - automobile et ferroviaire
transports
artisanat
services de l'automobile
bâtiment-travaux publics
textile-habillement

 

Eléments de synthèse des travaux du CPRDFP :

Aides aux employeurs 

 

Accueil des jeunes sans contrat dans les CFA

Aides aux apprenti(e)s

Apprentissage et handicap

 

Enquêtes

Etudes

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus