facebook twitter youtube rss

 Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google plus
Version imprimable

Les désastres de la guerre 1800-2014 au Louvre-Lens

Le 19.05.2014

Du 28 mai au 06 octobre, venez découvrir la nouvelle exposition sur "les désastres de la guerre 1800-2014" au musée du Louvre-lens.

 

Cette exposition a lieu dans le cadre du "Centenaire de la Première Guerre mondiale".

Pourquoi préférer la guerre à la paix

 

Cette exposition nous invite à le comprendre. Elle montre en quoi les artistes ont contribué au mouvement de désenchantement face à la guerre, qui s'amorce au tournant du 19e siècle, lors des campagnes napoléoniennes.


Depuis toujours placée au centre des valeurs de la société, la guerre comme épisode nécessaire et inévitable allait de moins en moins faire consensus à partir du 19e siècle. Alors que l'art était dominé par la bataille héroïque, la guerre fut alors de plus en plus représentée sous toutes ses faces, y compris ses conséquences les plus atroces sur les humains, les animaux, la nature, les villes, les choses.

 

Il faut attendre les premières campagnes napoléoniennes (1803-1815) et la massification des conflits pour provoquer une rupture essentielle dans cette esthétique : conflit après conflit, désastre après désastre, cette représentation s’est progressivement effacée pour en révéler la barbarie. Depuis, l’art nous invite sans cesse à penser la guerre sous cet autre jour : les artistes n’hésitent plus à la représenter sous toutes ses faces, y compris les plus atroces, dans ses effets sur les humains, les animaux, le paysage, les villes, les choses. Écrivains, peintres et poètes s’en emparent pour raconter son absurdité et ses conséquences, tant sur l’Homme que sur son environnement.

 

L'exposition "les désastres de la guerre"

 

L'exposition s'intéresse à une vingtaine de conflits comme à autant de tournants qui suscitent des réponses nouvelles en matière de techniques et de politiques de représentation.


450 œuvres de toute nature (peinture, sculpture, dessin, gravure, photographie, cinéma, vidéo, image d’Épinal, presse, affiche, objet, etc.) sont réunies. Plus de 200 artistes parmi lesquels Géricault, Goya, Daumier, Dix, Vallotton, Léger, Picasso, Richter, Villeglé, Combas, ou encore Pei-Ming, racontent comment la guerre fut de plus en plus considérée, à partir des années 1800, comme avant tout pourvoyeuse de malheurs.

 

 

Organisée en douze séquences chronologiques, l’exposition "les désastres de la guerre" permet de comprendre comment chaque conflit engendre une sémantique et un monde d’images inédites, qu’il s’agisse de la guerre en temps réel, ou de ses séquelles après l’arrêt des hostilités et son cortège de calamités tant sur les corps que dans les âmes :

  • les guerres napoléoniennes (1803-1815),
  • les guerres de conquête : la colonisation de l’Afrique du Nord (1830), la conquête du Maroc (1859-1860), la guerre anglo-zouloue (1879), la seconde guerre des Boers,
  • la guerre de Crimée (1853-1856),
  • la guerre de Sécession (1861-1865),
  • la guerre franco-prussienne (1870-1871),
  • la grande guerre (1914-1918),
  • la guerre d’Espagne (1936-1939),
  • la seconde guerre mondiale (1939-1945),
  • la guerre d’Indochine (1946-1954) et la Guerre d’Algérie (1954-1962),
  • la guerre du Vietnam (1954-1975),
  • les guerres de notre temps (1967-2014,
  • hors champ.

L’intensification du rôle des machines, le basculement du conflit des champs de batailles vers le massacre de populations civiles, l’arrivée des armes chimiques et nucléaires, sont autant de chaos qui ont hanté et inspiré les artistes.
Ils explorent l’horreur, hideuse et fascinante, brisant ainsi les propagandes les plus sophistiquées.

Ils révèlent des effrois qu’aucune autre expérience ne permet de vivre avec une telle puissance.

 

 

Informations pratiques :

 

Musée du Louvre-Lens
99, rue Paul Bert
62300 LENS
Tél. : +33 (0)3 21 18 62 62

http://www.louvrelens.fr/

 

Horaires : tous les jours sauf le mardi de 10h00 à 18h00. Nocturne jusque 22h00, le premier vendredi de chaque mois (sauf juillet et août).

 

Coût : tarif plein : 9 €. Gratuit pour les moins de 18 ans. Livret de visite et guide multimédia gratuits.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus